"Les Français et la lecture" : je t’aime, moi non plus

Publié le 20 Mars 2015

Les Français lisent-ils?

Oui. En tout cas, ils sont 85% à l’affirmer, et 21% à se dire grands lecteurs – un taux qui augmente nettement avec l’âge, et qui est plus élevé chez les femmes. En moyenne, les Français lisent 16 livres par an, dont 2 sont numériques, qu’il s’agisse de romans, de méthodes de développement personnel, d’ouvrages culinaires ou de BD. La plupart lisent presque tous les jours (48%), majoritairement chez eux (95%).

Il faut noter ici l’influence déterminante du milieu originel: un Français sur quatre peut dire que la lecture tenait dans sa famille une place importante; parmi ceux qui sont dans cette catégorie, 45% sont devenus de grands lecteurs. En revanche, sur les 10% de la population dont l’enfance s’est déroulée dans des lieux vides de livres, 39% ne lisent pas (contre 10% sur le total de la population française).

Que lisent-ils ?

Tout dépend du lecteur. Les hommes privilégient les ouvrages historiques (50%) ou technico-scientifiques (44%) et la BD (50%). Les femmes préfèrent les romans (81%), dont les policiers (46%), et les livres pratiques (62%). Quant aux jeunes gens, la science-fiction et le fantastique ont leurs faveurs (51% des 15-24 ans), ainsi que les ouvrages scientifiques, techniques et professionnels (48%).

Ces lectures studieuses, ajoutées aux obligations scolaires, font que leur catégorie peut se targuer d’un score supérieur à celui de leurs aînés (19 livres par an contre 16). En outre, rompus au high-tech, ils sont champions de la lecture sur support numérique (30% contre 19%).

Quels sont les freins à la lecture?

À 64%, les Français voudraient lire davantage. Évidemment, la lecture a ses vertus : l’évasion et la détente (22%) sont plébiscitées par les femmes ; l’approfondissement des connaissances (32%) est salué par les hommes.

Et pourtant, si la moitié des lecteurs (49%) affirment lire autant qu’avant, une baisse significative s’observe: 18% lisent de plus en plus, mais presque le double (33%) lit de moins en moins. Le manque de temps, les loisirs, la presse et le multimédia sont invoqués – sans oublier, pour les jeunes, les chronophages jeux vidéo.

L’achat en ligne a-t-il pris le pas sur les librairies?

Pas forcément. En effet, c’est majoritairement en librairie – généraliste ou spécialisée – que l’on va acheter un livre (75%), ainsi que dans les grandes surfaces culturelles (73%). Quant à ceux qui ne s’y fournissent pas, ils accusent à 50% leur éloignement.

Plus préoccupant, l’argument selon lequel les librairies pratiquent des prix plus élevés: 37% des Français le croient à tort, cela démontre surtout une ignorance de la loi sur le prix unique du livre. Et ça tombe d’autant plus mal que l’une des raisons d’offrir un livre est, selon l’étude, un prix raisonnable (18%).

Leo Landon

Rédigé par Leo Landon

Publié dans #j'ai lu

Commenter cet article